LA DOULEUR - Café des images

Juin 1944, la France est toujours sous l’Occupation allemande. L’écrivain Robert Antelme, figure majeure de la Résistance, est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivain et résistante, est tiraillée par l'angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.

Nos critiques :

" Un film admirable, qui nous plonge dans une attente insoutenable, sublimé par une actrice mémorable. " Lucile.

" C'est une femme qui s'efface de plus en plus du monde qui l'entoure et qui ne vit plus que dans ses pensées pour oublier qu'elle vit encore. " Théo.

" Une attente dramatique pour une actrice poétique. " Audrey.

" C'est une femme qui se rattache au passé de son mari et refuse son présent. " Julie.

" Une histoire qui mêle suspense et tragédie qui nous entraîne dans l'intimité des Résistants. " Alexis.

" Un jeu de caméras troublant, le même personnage deux fois dans la même pièce qui m'ont perdue... " Emilie.

" Rongées par la douleur et remplies d'espoir, elles attendent leur retour avec mélancolie. " Louise.

" Des répliques marquantes : avec ses coudes qui trouent la peau de ses bras ou encore la bouche ne dit pas ce que les yeux ont vu... " Léa.

" Cette douleur nous fait souffrir tout au long du film. " Louis.

" Sombre, malgré la poésie. " Maud.

" Une femme, un amour et une vie détruite par cette guerre subie. " Manon.

" Une approche nouvelle sur un sujet bien connu, avec une violente noirceur. " Sacha.