affiche coeurs purs

CRITIQUE DE CŒURS PURS

 

(pour ceux qui l’ont vu ! Les autres, Léa, Théo et Louis, fignoleront particulièrement celle d’AU REVOIR LA-HAUT en suivant cette grille)

Vous devez scrupuleusement suivre les indications de cette grille, qui sera la même que pour le CCF.

A l’aide du matériel que vous trouverez dans les liens ci-dessous (fiche technique, synopsis et critiques de presse) et les fiches outils « langage cinématographique » et « connecteurs logiques », réalisez à votre tour une critique du film CŒURS PURS

 

 

 

 

Barème

La critique comporte un résumé cohérent du film, pas trop long, sans connecteurs logiques.

 

/2

La critique comporte des données précises sur le film

 

/2

Il y a dans les arguments et les exemples employés des éléments d’analyse filmique précis (voir cours du début d’année)

 

/4

Utilisation correcte de connecteurs logiques

 

/2

Le vocabulaire utilisé est personnel, ce n’est pas celui des documents

 

/3

25-30 lignes au moins

 

/2

Le temps verbal choisi doit se retrouver tout au long du texte

 

/2

L’orthographe, la grammaire et la syntaxe sont globalement correctes

 

/2

L’avis personnel sur le film est clairement annoncé

 

/1

TOTAL

 

/20

 

Télérama : Critique, casting et bande annonce : http://www.telerama.fr/cinema/films/cuori-puri,518787.php

La Croix : critique. https://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Coeurs-purs-saimer-banlieue-romaine-2018-01-02-1200903134

La présentation du film par son réalisateur : https://www.youtube.com/watch?v=xZRF4bDNWIE&feature=youtu.be

 

Dossier pédagogique et dossier de presse à consulter sur le site du prix Jean Renoir : https://direct.eduscol.education.fr/pjrl/films/annee-courante/coeurs-purs

Cette critique une fois terminée est à envoyer par mail à : cecile.riss@ac-grenoble.fr

 Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Les critiques des élèves :

Cœurs purs un long métrage de Roberto De Paolis

Ce film raconte une romance entre Agnese et Stephano, tous deux sont adolescents et vivent à quelques rues l'un de l'autre. Pourtant tout les opposent,  Agnese vit sous l'influence d'une mère très pieuse et fait vœu de chasteté pour celle-ci, et Stephano a grandi dans la banlieue de Rome. Lors de leur rencontre leur vie va prendre un tournant et leurs idées jusque-là préconçues seront bousculées.

Ce film m’a laissée perplexe, je n'ai pas trouvé le sujet tabou mais j'y ai ressenti une sorte de malaise sur toute la durée. Malgré le fait que je n'ai pas aimé le jeu d'actrice de Selene Caramazza, elle a réussi à transmettre le sentiment d'égarement d’Agnese. Simone Liberati interprète fidèlement son rôle de banlieusard.

Je n’ai pas aimé les scènes du film où la caméra était à l'épaule, je trouvais que le cadrage bougeait trop, par conséquent il était difficile de se concentrer sur l’action. Les personnages sont filmés en gros plan sur leur visage pour montrer des expressions qu’ils n’expriment pas. Cependant, le camp de réfugiés et le parking sont filmés en plan large, cela fait ressortir la solitude de Stephano qui travaille au milieu de rien et le détachement qu’il a pour les réfugiés.

En ce qui concerne la lumière elle est la même tout au long du film, elle n'est ni triste, ni joyeuse. Néanmoins, elle procure une sensation d'étouffement ce qui reflète les émotions des personnages qui essayent tous deux de sortir de leur milieu.

Pour conclure, je pense que le sujet de ce film est intéressant, il traite beaucoup de sujets actuels auxquels il faut faire face et qu'on ne peu pas réfuter. Roberto De Paolis donne un point de vue neutre, il nous laisse réfléchir pour que l'on se fasse notre opinion, ce qui n'est pas le cas de ces personnages qui sont enfermer dans des cases. Il démontre qu’on peut avoir tort mais aussi raison. C'est un vrai film social qui montre que l’on ne pourra jamais satisfaire l'un sans blesser les autres.    

                                                                                                                                                      Lucile Bouix

 Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

 « Cœurs Purs » est un film italien de genre drame et romance réalisé par Roberto De Paolis, sorti en salle en 2017.

Ce film raconte l'histoire de deux personnages, qui viennent de milieux totalement différents. Agnese, une jeune fille qui va avoir 18 ans, vient d'une famille très religieuse. Elle vit seule avec sa mère et s'apprête à faire vœu de chasteté jusqu’au mariage.Stefano, âgé de 25 ans est un ancien délinquant qui essaie de s’en sortir et d’aider ses parents malgré la crise en tant que vigile dans un parking en face d’un camp de Roms. Leurs histoires d’amour commencent lorsque Agnese et sa mère apportent des affaires aux migrants comme bénévoles.

Tout d’abord, il y a beaucoup de gros plans notamment quand les personnages sont angoissés. Dans tout le film on voit que des plans poitrines et tailles. Certaines scènes sont très longues à l’inverse de d’autres qui sont courtes et s’enchainent rapidement. Comme le passage que nous avons trouvé long et embarrassant, du soir ou Agnese décide de ne pas respecter la tradition de chasteté, et va rejoindre Stefano. Mais à vrai dire, cette scène fait partie des rares moment ou Agnese décide elle-même de ce qu’elle veut vraiment, sans l’influence de son entourage.

De plus, nous avons trouvé que la lumière change d’intensité selon le moment. Par exemple quand Agnese et Stefano sont ensembles elle est plus chaude ainsi l’atmosphère devient agréable tandis que quand ils sont séparés elle est plus froide et sombre. On voit qu’ils ne sont pas à leurs places et qu’ils ont besoin de se retrouver pour être heureux et oublier les problèmes qu’ils affrontent chaque jour.

Mais encore, les jeux d’acteurs de Selene Caramazza (Agnese) et Simone Liberati (Stefano) sont réalistes mais quelquefois on ne croit pas à leurs répliques qui sonnent faux. Ils incarnent bien leurs personnages, mais ils ne nous ont pas transmis beaucoup d’émotions, bien que l’histoire soit touchante.

Ce film nous montre une image de Rome tel qu’elle est actuellement, avec ses multiples problèmes (crise, migration), l’importante place de la religion dans la vie des Italiens et le contraste entre ses classes sociales (aisée et plus en difficultés).

Pour finir, nous avons été déçues car le titre et la bande annonce nous donnait envie d’en savoir plus sur cette histoire romantique, mais malheureusement nous n’avons pas apprécié le film. Nous avons trouvé qu’elle n’est pas assez aboutie. La fin est inattendue, elle nous laisse perplexes et incompréhensives. Nous pensons que le film manque de rythme, peut-être parce qu’il n’y a pas de musique (ou très peu).

Louise Soria et Manon Lapeyrade, Terminale CAP Bijouterie

 Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Cuori Puri

Deux personnes que tout oppose se rencontrent par hasard. Agnese de bonne famille, et Stefano qui alterne trafic et vol. L’amour impossible. Une mère trop protectrice qui veut le meilleur pour sa fille dans le catholicisme. Et un homme dans une situation inverse qui ne dépend de personne. Rien ne les empêche de s’unir, ou presque…

C’est une histoire qui montre des choses sûrement encore tabous aujourd’hui au cinéma comme la chasteté jusqu'au mariage. On y voit une jeune fille complètement perdue, qui ne vit qu’au dépens de sa mère et du « Père ». Elle ne décide rien, cela est même parfois agaçant, j’ai l'impression qu’elle n’arrive pas à réfléchir, qu’elle est même parfois égoïste, c’est un sentiment plutôt étrange. A la fois elle se fait manipuler mais toutefois cela est fait par amour. Un amour maternel gigantesque que je trouve très beau et très bien réalisé. C’est d’ailleurs une des raisons au fait que j'ai aimé ce film. Également, comme dans « Petit paysan », je retrouve ce sentiment fort que l'on peut éprouver.

Ensuite, film italien réalisé par Roberto De Paolis en 2017, c’est lui aussi son premier long métrage, aussi présenté au festival de cannes 2017.

Pour continuer, Roberto De Paolis utilise des scènes d’improvisation, alors les comédiens peuvent modifier le texte et leurs mouvements par rapport aux émotions.  Il n’y a pas de lumière artificielle.

Pour finir : un film vrai sans en faire trop. Avec un budget limité on peut arriver à faire de belles choses remplies d’émotions, nous transporter dans un monde que l’on peut ne pas connaitre, la religion catholique. Et cet univers avec les migrants, cette barrière que l’on met. Je conseille ce film que je trouve beau. Les acteurs principaux, malgré leur manque d’expérience, arrive à nous transporter notamment dans des moments durs comme ce « faut viol » par exemple.

Elise Durand

 Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Cœurs purs est un film italien sorti en 2017 réalisé par Roberto De Paolis, c’est un film dramatique, romantique.
C’est l’histoire d’une jeune fille de 18 ans, Agnese, qui vient d’une famille catholique aisée. D’un garçon de 25 ans, Stephano, avec un passé difficile et qui travaille comme gardien dans un parking. Leur rencontre va changer leurs vies et leurs projets.

Pour commencer c'est le premier film de Roberto De Paolis, il n'avait pas un gros budget pour le réaliser, c'était aussi les premiers rôles des acteurs principaux qui ont dû improviser tout au long du film. Comme les caméramans ne pouvaient pas anticiper leurs fait et gestes, ils ont utilisé les cameras à l'épaule sans limite de cadrage pour donner plus de réalité, plus de vivant au film. Pour rester dans cette atmosphère ils ont utilisé un éclairage naturel. D'où l'effet d'un documentaire à certains moments du film. Grâce à tout cela il a su réaliser un beau film sur la société, l'amour, la foi, l'Eglise, la périphérie et les étrangers.
Malgré tout, mon avis reste modéré entre ces deux acteurs totalement différents l'un de l'autre. Agnese jouée par Selene Caramazza vit dans la crainte du péché avec sa mère qui veut la contrôler grâce à la religion, elle ne peut prendre une décision seule, ce qui donne un sentiment d'oppression. Mais celle-ci se rebelle et vole un téléphone.
Stephano, interprété par Simone Liberati, lui, a toute sa liberté mais il est enchainé à la vie qu'il essaye de quitter. Il a peur de finir de l'autre coté du grillage dans le camp de Roms.
Le réalisateur a voulu montrer le monde contemporain avec l'augmentation du racisme, et à l'inverse la population qui veut aider tous ces refugiés. Avec les différentes classes sociales.
Finalement, leurs différences vont les rapprocher. Elle, va aider les réfugiés, lui, va les surveiller.  De la, va naitre une belle histoire d'amour, un désir de l'autre, vouloir échapper à son identité, devenir ce qu’ils sont réellement.  


Audrey Savoie.

Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Cœurs purs est un film du réalisateur, scénariste et producteur italien ROBERTO DE PAOLIS. Ce drame romantique nous transporte aux côtés d’Agnese alias ''SELENE CARAMAZZA'', une jeune fille de 18 ans issue d'un milieu aisé financièrement et catholique, puis de Stefano ''SIMONE LIBERATI'', un jeune homme de 25 ans au passé difficile qui travaille pour un supermarché, tout d’abord en tant qu’agent de sécurité puis licencié de ce poste pour avoir laissé Agnese s'enfuir après un vol. Les deux jeunes italiens se retrouvent sur le parking ou Stefano est le nouveau gardien avec comme voisin un camp de Roms où Marta "BARBORA BOBULOVA" la mère d’Agnese apporte régulièrement des vêtements accompagnée de sa fille. A partir de ce moment-là, le jeu de l'amour va commencer malgré le voeu de chasteté imposé par la mère d’Agnese.

Je trouve se filme intéressant pour son réalisme et ses sujets d'actualité comme la montée de la droite dans une Italie chrétienne profonde qui accueille plus de 85 000 migrants depuis 2017. La pauvreté qui gangrène le pays depuis des années m'a touché à travers le personnage de la mère de Stefano incarnée par "ANTONELLA ATTILI". Le choix de filmer le personnage de Stefano caméra à l'épaule et non Agnese me montre que pour un premier film ROBERTO DE PAOLIS a des idées de réalisation intéressantes. Mais voilà, même avec tous ces points positifs, je n'ai vraiment pas aimé Cœurs Purs. Le personnage d’Agnese m'insupporte par son manque de maturité et son ignorance. Le film est plat, il manque de rebondissement et le sentiment qu'il va se passer quelque chose de grave nous tient tout le long pour au final rien du tout, juste des scènes de vie dans une société occidentale capitaliste moderne.

Pour conclure, je conseille ce film à un public adolescent à la recherche d'une belle et très simple histoire avant de se coucher.

Sacha Brechotte

Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Cœurs Purs (titre original : Cuori Puri) est un drame romantique italien réalisé par Roberto de Paoli, sorti en 2017. Il a été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2017. Ce film nous plonge dans la vie d’une jeune femme, Agnese (Selene Caramazza), elle a dix-huit ans et vit avec sa mère. Toutes deux ont un lien fusionnel. On comprend très rapidement que nous sommes dans un monde très croyant, très catholique. Marta (la mère d’Agnese) souhaite que sa fille fasse vœu de chasteté jusqu’au mariage. Dans un autre univers, nous découvrons Stefano (Simone Liberati), il incarne le rôle d’un jeune homme de vingt-cinq ans qui a grandi entre trafics et vols et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile dans un parking près d’un camp de Roms. Deux personnages aux mondes bien différents mais avec un point commun : l’envie de s’enfuir vers la liberté. Ils finissent par s’aimer malgré leurs différences et leurs problèmes.

Passons maintenant à mon avis. Je trouve ce film curieux, son histoire n’est pas originale ni fascinante mais elle m’a fait réfléchir, j’ai vu dans ce long métrage des choses qui, pour moi, méritent réflexion. Par exemple le comportement étouffant de Marta envers Agnese, elle contrôle tout (en supprimant le portable de sa fille pour éviter tout contact avec des garçons par exemple) elles dorment ensemble, se dévouent à Dieu toutes les deux, consacrent leurs journées à faire des dons et à écouter leur prêtre faire ses discours sur le chemin de la vie. Leur lien est pour moi presque malsain, il n’y a pas d’intimité pour Agnese (sa mère rentre dans la salle de bain quand sa fille y est, sans toquer, sans gêne, alors qu’Agnese se cache pour ne pas se montrer nue à sa mère).Ces deux femmes ont le même chemin à suivre, déjà tracé par leurs principes catholiques, elles vont en fonction de ce qui est écrit pour elles. Je trouve cette façon de vivre très fermée, d’ailleurs il n’y a que très peu de moments où l’on voit Agnese rire ouvertement (avec Stefano sur la plage), le désir n’est pas exprimé simplement, le plaisir non plus, la joie très peu, et l’amusement encore moins. Et ce mode de vie là me parait n’être qu’une barrière à la jeunesse et aux découvertes par lesquels tout enfant doit passer pour grandir correctement. Le réalisateur a choisi de filmer en plans d’ensemble, moyen et rapproché, les scènes de vie de ces deux femmes et la caméra ne bouge pas, elle est le plus souvent en plan fixe, ainsi les personnages nous paraissent plus calmes. Je trouve donc (influencée par la façon dont le film a été tourné) qu’Agnese et Marta ont une vie sans risques, la caméra les filme de façon ‘’ prudente ‘’.  Ensuite, je trouve que la vie de Stefano  est réaliste, sans exagération, du début à la fin on croit en lui, on a de l’empathie pour lui car on comprend rapidement qu’il a des difficultés dans sa vie. Il aide ses parents à survivre malgré les différends qui les empêchent de se côtoyer comme ils le souhaiteraient. Cet homme a lui aussi en quelque sortes une vie déjà tracée. On remarque chez Stefano une touche de racisme, il en veut aux Roms, on ne sait pas très bien pourquoi mais il ne les aime pas. Sa vie est filmée en mode caméra à l’épaule, à l’inverse d’Agnese et sa mère, ici c’est pour nous transporter dans un univers plus mouvementé, plus risqué (quand il court, quand il jette des pierres sur les grilles séparant le parking au camp de Roms).

Pour finir, l’histoire en elle-même, sans réflexions derrière, me parait banale. Mais si on réfléchit et s’intéresse vraiment aux vies de chaque personnage, si on les analyse, on découvre que ce film est intéressant. Le réalisateur nous influence et nous emmène à travers une histoire qui me semble réaliste. 

Maud Bouchet 

Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Cœurs purs est le premier long métrage de Roberto De Paulis, réalisé en 2017. C’est un film italien présenté au Festival de Cannes en 2017. Il est dramatique et à la fois romantique. Il a été réalisé avec un petit budget, les acteurs jouent leur premier rôle. Les scènes ont pratiquement été réalisées caméra à l’épaule, c’était désagréable, ça bougeait trop, mais ça permettait de donner plus de réalité et d’être projeté dans le film. La lumière reste pratiquement la même durant tout le film, elle fait ressentir une sensation d’emprise, ça nous permet de voir les émotions des personnages plus facilement. Mon avis reste compliqué à déterminer : Agnese est perdue car elle est contrôlée par sa maman, elle a pas le choix de décider, elle ne sait pas prendre d’initiative, est très vite influençable. Stefano lui est tout l’inverse d’Agnese, il a toute sa liberté. Ils sont tous les deux opposés. Le réalisateur veut nous montrer le racisme et la population qui veut aider les réfugiés sans réaliser que ce ne sont pas que les réfugiés qui ont besoin d’aide, il y a plusieurs classes sociales. Les différences au contraire vont les rapprocher plus facilement. Sa maman fait des dons et aide les réfugiés, tandis que lui il les surveille pour pouvoir se sortir de la misère. C’est une belle histoire d’amour qui nous permet de voir qu’on ne sera jamais égaux.

Emilie Conti

Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Cœurs Purs est un film du genre dramatique réalisé par Roberto De Paolis sorti le 3 Janvier 2018. Ce film raconte l’histoire de Stefano (Simone Liberati) et d’Agnese (Selene Caramazza). Tout commence lors d’une course poursuite entre Agnese qui a volé un téléphone portable dans un magasin et Stefano qui lui, est chargé de le surveiller. Stefano laisse Agnese s’en aller et la reverra par la suite. Lorsqu’Agnese retrouve Stefano sur son lieu de travail pour le remercier de l’avoir laissé filer et d’avoir mis son travail en péril, au moment de partir Stefano demande à Agnese son téléphone, elle lui tend le téléphone et il lui répond « Pas ton téléphone, ton numéro. »  A partir de là, les deux personnages vont commencer à développer des sentiments l’un envers l’autre. Le problème qui s’oppose au « couple » est qu’Agnese est catholique et fait la promesse à sa mère de rester vierge jusqu’au mariage mais Stefano lui, n’est pas croyant et a une situation financière instable et doit vendre de la drogue pour pouvoir s’en sortir et aider ses parents. Ce qui devait arriver arriva, Agnese couche avec Stefano et brise la promesse qu’elle tentait de préserver. Au final, elle n’assume pas d’avoir couché avec lui et prétend s’être fait violée par un immigré Rom pour nier le fait qu’elle ait renoncé à son vœu de chasteté.

Je n’ai pas aimé ce film car le scénario est trop prévisible pour moi et le genre Romance-Dramatique ne me plait pas à la base. Malgré tout, je respecte les moyens mis en œuvre pour la réalisation du film. Les acteurs principaux jouent très bien la comédie. Selene Caramazza joue parfaitement bien le rôle de la jeune femme issue de famille catholique et dirigée dans ses choix par sa mère. Stefano quant à lui se fond correctement dans le personnage du jeune adulte tourmenté par les problèmes d’argent et les problèmes familiaux. Barbora Bobulova qui incarne le rôle de la mère d’Agnese nous donnait vraiment l’impression qu’elle parlait à sa propre fille dans ses manières de s’inquiéter, de vouloir fouiller dans la vie privée de sa fille et dans sa façon de lui crier dessus.

Pour conclure, je conseille ce film aux amoureux de romance à la manière de Roméo et Juliette malgré le fait que ce genre ne me plait pas.

 

                                                                                              Stéphane DEPAS

 Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Agnese, 18 ans, vit une vie « bourgeoise » avec une mère croyante qui la couve trop. Lui, Stefano, 25 ans, qui a grandi entre vols et trafics, fuit cette vie et en reconstruit une nouvelle en enchaînant plein de petits boulots à Rome. La mère d’Agnese fait part de charité et donne quelques vêtements et autres aux migrants dans un parking, Agnese, étant avec elle, rencontre le gardien, Stefano.  Cette rencontre n’est pas la première. La première fois qu’il ont pu se voir : Agnese avait volé quelque chose dans un magasin et était poursuivie par le vigile, Stefano.

Ils font connaissance et se voient de plus en plus jusqu’à ce qu’ils tombent amoureux. Issu de deux mondes différents, la compréhension entre eux deux se fait dure mais ils se battent sans cesse pour leur amour.

 

Pour commencer, j’ai aimé ce film car il nous montre un « amour impossible qui devient possible », c’est tout à fait mon genre de film. Puis ce mélange de deux mondes, d’un coté la bourgeoisie, la religion et une mère trop présente et de l’autre, une vie entourée de drogue, de vols, et d’un père qui ne fait rien pour sa famille, cela m’a me fait poser cette question « est ce que cet amour pourra marcher ? ».

Ensuite, j’avoue ne pas trop avoir accroché tout le long car il y a très peu de musique de fond, ce qui, je trouve, rend le film mou puis les plans séquences étaient vraiment trop longs, comme la scène de sexe, qui à mon goût, était tellement longue et sans musique de fond, quel en devenait gênante.

Pour ce qui est des personnages, j’ai aimé que ce ne soit pas des acteurs connus, j’ai aimé aussi l’acteur Simone LIBERATI et le personnage qu’il jouait, un jeune homme qui essaie de reconstruire une vie meilleure en se trouvant des petits boulots. Cependant, je n’ai pas du tout aimé le personnage de Selene CARAMAZZA, Agnese : j’ai trouvé cette fille insupportable, prétendre qu’elle a été violée alors qu’elle était tout à fait consciente de ce qu’il se passait, et puis Stefano, l’avait prévenu de ce qui pouvait arriver si elle restait et lui avait donc conseillé de partir, mais elle, elle avait choisi de rester. Puis arriva ce qui arriva et elle dénonce ensuite un viol qui n’a jamais eu lieu. C’est à ce moment que je ne l’ai plus aimé cette fille.

Cette scène se trouvait au milieu du film, donc la première partie, on « faisait connaissance » avec les personnages, on les voyait se chercher. La seconde, était centré sur leurs combats pour leur amour. C’est vraiment à partir de ce moment que le film devient intéressant, ce retournement de situation, faisait que, tout le reste du film j’étais entre la colère contre cette fille et l’empathie pour ce jeune homme, il s’était ouvert à cette fille, lui avait fait rencontrer ses parents et elle le laisse tomber d’un seul coup.

 

Mon avis pour ce film est quand même favorable, j’ai aimé cette histoire malgré les nombreuses complications, c’est un bon film que je conseille d’aller voir.

Julie MORGAN.

Photos, illustrations et vidéos de "pellicule de film"

Ce film Italien a été réalisé par Roberto De Paolis et fut présenté lors de la quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes.

Cœurs Purs est un film de drame et romance. L'histoire se déroule à Rome dans deux milieux complétement différents. D’un côté, on suit la vie de Stefano, 25 ans vigile d'un supermarché, à la frontière un camp de Roms. De l’autre, on suit la vie d'Agnese, 18 ans qui a grandi dans un milieu chrétien et qui est surprotégée par sa mère qui veut la garder vierge jusqu'au mariage. Puis leur rencontre va changer leur vie à tous les deux que tout oppose.

 

Cette romance nous amène à Rome à l'époque actuelle où migrations et discriminations sont très présentes dans la société. C'est là qu'on rencontre Stefano, gardien d'un parking de supermarché installé aux abords d’un camp de Roms.

Roberto De Paolis nous montre à ce moment-là les conflits qu'il peut y avoir entre les migrants et les habitants. Stefano nous en montre l'exemple lui qui est raciste même si rien nous le mentionne, son comportement envers les Roms au début du film nous le fait clairement comprendre.

On partage aussi la vie d'Agnese qui grandit dans un milieu chrétien entourée de jeunes de son âge où on les « baratine » que le mariage et plus important que les relations sexuelles, c'est peut-être à ce moment qu'Agnese se pose de réelles questions. Elle entretient une relation fusionnelle avec sa mère, ce qui est troublant au début du film mais on s'habitue vite à cette relation mère-fille qui prend trop d'importance tout au long du film ce qui devient pesant arrivé à la fin.

Chacun des personnages nous touche à sa manière : Stefano qui traverse des problèmes financiers doit aider ses parents qui sont expulsés de chez eux, il en vient à dealer à des gosses de 12 ans pour s’en sortir, cela reflète très certainement ce que vive des familles en difficulté.

Agnese quant à elle traverse une phase difficile surtout avec sa mère qui veut à tout prix la garder chaste jusqu'au mariage, et on sent qu'Agnese veut sortir de cette prison et être plus indépendante. Malgré cela son comportement envers Stefano est déplaisant, ce qui nous range plus du côté de Stefano qui est sincère envers elle et non l'inverse.

Le fait qu'Agnese revienne vers lui m’a fait penser à de ''l'hypocrisie'' un moyen pour elle d'avoir une première relation sexuelle, qu’elle fait passer pour un viol par un Rom, n'ayant pas du tout assumé son geste. Mais au final, Stefano qui était au départ raciste envers les Roms a pris parti pour un qui se faisait tabasser par des gens qui avaient eu vent de la rumeur du viol. Morale de l'histoire chaque personne peut changer.

 

Je n'ai pas spécialement aimé le film, les histoires de romance, d'amour ne sont pas ce que je préfère. Les jeux d'acteurs étaient pas mal sauf peut-être surjoué pour Agnese. Les musiques étaient lentes et il y avait beaucoup de gros plans sur leurs visages. Enfin bon, cela reste un bon film qui m’a permis de voir deux faces différentes de la société.

Alexis Saadani